rien(s) que ça

Serait , ce rien ?

Ce n'est pas rien, qui passe

Rien ne présume

Mais s'efface

la présence estompée de la marque qu'il laisse

pas feutré

pas de loup sur l'asphalte où se blesse

tout, à coups

tout, ce que

contient ce rien paisible

Evidé comme écorce brunie au fil du jour

Quand l'hiver la sépare du tronc qui se repose et qu'elle échoue tranquille

Et devient peu à peu

petit rien écorcé copeau et puis poussière

Sciure qu'un rien de vent soulève de la terre.

Rien, à perdre l'horizon

 

Un événement, surgissant de nulle part

ou bien déjà passé, épars

éparpillé dans le crépitement sourd et inaudible

d'une ligne à haute tension, électrique condition. Qui croisera à cet endroit?

Quelle goélette fantôme, confondant pierre et et mer

perdue toutes voiles baissées, prenant route pour rivière

fatale naufragée.

Bonne à rien, pré-sentiment de Jean Genet

Blonde à rien 

blonde à tout-faire

petite bonne des hautes terres 

petite soeur toute colère

l'une a gardé sa camisole et

l'autre a repris son fer

mais le dimanche quartier latin

elles conférencent, les soeurs Papin.

 

 

 

 

tu n'as rien

Non rien ou presque

une égratignure qu'il te reste

toutes choses une à une envolée par le sas

vidant la chambre close , d'une âme et d'un soupçon 

De l'effiloche de l'ébréché, du tout et Rien dépareillés

Unis dans la poussière, la sournoise, l'amoncelle

Sais-tu qu’ils t'ont jeté et ton temps et ton lit

puisqu’il faut bien partir et laisser Rien dormir.

 

 

Rien ne s'oppose à la vie

Ce sont des larmes et ce n’est rien

il y a le vin qui coule et source

mais la vie n’est qu’une échappée belle

 

On ne sait on ne sait plus,  d’où vient ce flux

comme sang qui s’écoule

dessiner et puis peindre

écrire et modeler

enfin étreindre

avant ce rien feutré ne pas risquer de perdre

cela ou le gâcher.

Quel prix est à payer dans quelle monnaie obscure

échanger ce qui est transparence et puis brume,

qui nous laisse mouillés entre les galets durs

 Mais enfin  nous touchant sans qu’aucun mot ne l’ose,

s’approcher ou tenter d’y comprendre quelque chose.