intervalles et tempérament

Evanescence

Tu te désistes

et tombe

La pesanteur 

a eu raison

De toi

ne demeure que l'ombre

 

Tu lui résistes

érige

aux éclats dans l'azur

transperçante blessure

Le pied posé à peine

sur le bord diagonal

 

Tu te désistes

de ce monde bancal

Oblique verticale

 

Une balle perdue

a diffracté tes rêves

en copeaux de cristal

 

la raison d'être

if Galet-rien

La raison d'être                                                                                                                    est une raison d'état                                                                                                                     raison de ma colère                                                                                                                   état des lieux.

Lieux dits dédits défaits                                                                                                                      Au pli du lit,                                                                                                               fait d'hiver ou de guerre                                                                                                                    lieu commun où                                                                                                                        je t'ai rencontré

à la lisière du bois                                                                                                                            à la brisure de toi.                                                                                                           Araisonnée dans la tempête                                                                                                      caout-shootée comme cette                                                                                                                      botte de sept                                                                                                                                            lieux.

Botte en touche                                                                                                              Coupe et passe                                                                                                                Quinte à l'As                                                                                                                      Quinte de tout                                                                                                                     Quinte de toi.

 

 

 

Descendance

Revoir un père

au détour fulgurant d'une fugitive absence

Ecorchure laissée par la roche du temps

qui taille sa crevasse de granit et de schiste

 

Revoir un père

Glissé depuis longtemps au ventre de la terre

Magma incandescent qui éclaire sa main

forgeant on ne sait quoi, cette forme incertaine

que lui seul caresse

et disparait soudain.

 

Il reste une vapeur juste au bord abyssal

 

Sa main demeure gravée sur le mica gris sombre

Les lignes de sa paume ont strié la paroi

de fissures et d'empreintes empêchant que ne tombent

ceux-là restés au bord de l'ourlet minéral 

 

Marchands de sable

 

à Jo & Jim 

 

Tristesses et sourires pâles

Vapeurs des nuages et puis jazz en fumées

mont d'une galerie de glaces imaginaires

Mont martre pour ses garces de lumières

 

Photographe égaré en des caves dansantes

Impressionnable de papiers et d'encres volatiles

Je te salue discrètement et me rappelle

l'ombre de Bomarzo et ses monstres subtils

Reportages habités de gitanes ondulantes.

 

En profondeur des champs elles floutent ta mémoire

et couvrent dans le noir le dernier souffle d'air

qui endort ce soir Sainte-Marie de nos Pères

 

image Alice Lemaire Ellis Island 2009 

feu de racines

à Gilles Del

Prendre la phrase en son milieu

pincer les lettres à la mi-temps du lire

Tirer le tissu bleu

sans froisser ce qui n’est pas dire 

Couler ses yeux vers les ourlets 

A l’ombre des volutes inscrits, imprimer ce qui n’est écrit.

 

Baiser la phrase en son milieu 

les plis du drap couleront mieux

Qu’importe le début et la fin

Du chat de l’aiguille jusqu’au noeud 

le fil que tu tiens dans tes mains,

c’est le cil tombé de ses yeux.

Suis bien ton ombre en son milieu

Rhizome est un nom masculin.

Untitled

fresque Marion Aldebert 2010

Est-il possible encore

que le temps nous attende ?

En vitesse la lumière déshabille ses ondes

Dans l’accélérateur de particules étranges,

Elle seraient tes lueurs et moi ta vagabonde.

Particulière sœur

en pulvérisation

de toxiques liqueurs, terre de sel ou de Sion

Où germent des fureurs,

Des scarifications

de cendres et de pleurs.

 

Griffures caillots et plaies Que la ronce t’inflige

dans ta course, fillette, tes chemins bienfaisants

sont trompeuses oubliettes

sont fantômes du temps.

 

Au pli le plus secret

de ta peau trop fardée

masque mort ou regret d’enfances effacées,

Tes papiers détrempés sont buvards obsolètes

aussi effilochés que les mots délétères

qu’on ne voit plus au creux de leurs textures sales.

 

Trous de mort perforée taches envahissantes

sur tous ces mots gâchés dans ta mémoire absente.

Tu mouds le béton frais et son odeur de propre

comme grain de café offert au saut du lit,

 

Croyant couler le sol à la pulpe du doigt

comme ferait une folle tu dessines l’endroit

tu dessines l'enfer, envers des corps passés

un à un au travers d’une fenêtre de buée.

L'Incondition humaine

C’est un tableau de Claude Monet                                                                                             Une photo impressionnée                                                                                                          les coquelicots de Vilmorin                                                                                      André tient Louise par la main                                                                             C’est un champ rouge de pavots                                                                   femmes et enfants dans le tableau

C’est une escale buissonnière                                                                                       à l’ombre du bois de Verrières

Cheveux au vent garçon manqué                                                                                              elle confond toile et toi l’été                                                                                                frappée par les coups du pinceau                                                                                          ensanglantant les coquelicots

Louise a vendu le grand château                                                                                          Vilmorin ne rime avec rien                                                                                                           André a rejoint ses amis                                                                                                              la rue Soufflot l’a englouti

La femme et l’enfant du tableau                                                                                                     ont trébuché sur la terre molle                                                                                                     les racines les ont réunis                                                                                                            en un fagot de branches folles

A l’arrière plan qui déambulent                                                                                            deux êtres pâles funambules                                                                                                     Elle est vieille au pas incertain                                                                                                 C’est la petite qui la soutient

Le grand chien aux yeux désolés                                                                                                      a pu sauter par dessus  mur                                                                                                          suivi de l’enfant audacieuse                                                                                               bord cadre au risque d'écorchure                                                                                               sauvée des fleurs vénéneuses

Ont-ils tous jamais existé ?                                                                                                        Dans les vapeurs du pavot,                                                                                                         me revient parfois en pensée                                                                                                     l’illusion d’une photo ratée.